Saison 1952-53 : une nouvelle occasion de manquée

Un mauvais départ handicape les canaris pour le restant de la saison. Un beau parcours en Coupe Drago et une bonne 6ème place en championnat viennent atténuer la déception de n”avoir jamais pu se mêler à la lutte pour la montée.

Président : Saupin Marcel
Entraineur : Emile Veinante

Effectif :
Amy (Christian), Balloche (Maurice), Budzin (Stanislaw) dit “Staho”, Devallan (Jean), Domenger (Jean), Fassone (François), Ferrier (Pierre), Hérouard (Lucien), Kodja (Amar), Leclerc (Bernard), Madani (Abdesselem), Minci (Oswaldo), Orengo (Roger), Perez (Paul), Samzun (René), Uchart (Amédée), Van Geen (Jan), Vreken (Gerrit).
Arrivées : René Samzun (Angers), François Fassone (Cannes)
Départs : Paul Bersoullé (arrêt), René Bouteiller (Toulon), Anton Bauman (Holland Sport).

Football Club de Nantes

Saison 1952-53 :

photo-effectif-1952-53.jpg

Debout de gauche à droite : Barbier, Vreken, Staho, Devallan, Amy, Uchard, Domenger, Herouard, Orengo, Perez.

Accroupis de gauche à droite : Bruzzone, Madani, Van Geen, Veinante, Ferrier, Minci, Fassonne, Kodja.

Championnat : Deuxième Division
Classement : 6ème
(34 matchs, 16 victoires, 7 nuls, 11 défaites, 60 buts marqués, 59 buts encaissés).
Buteurs : Van Geen (22+6), Orengo (10), Fassone (9+1),  Perez (4+4), Ferrier (4), Minci (4), Madani (3+1),  Uchart (2), Staho (1).
Coupe de France : Éliminés en 1/32èmes de finale.
Coupe Charles Drago : Éliminés en 1/4 de finale.

Cette fois le FC Nantes est resté calme sur le marché des transferts durant l’été. Il est vrai que l’effectif et le nouvel entraineur ont donné plutôt satisfaction aux dirigeants, pourquoi changer ? Le public commence à prendre l’habitude de venir assister en nombre aux rencontres de football organisées chaque quinzaine au Parc des Sports et l’on se dit qu’il ne manque plus qu’un soupçon de réussite au club du Président Saupin pour parvenir à rejoindre l’élite footballistique française.

Seules deux arrivées sont à signaler dont René Samzun, milieu terrain emblématique du SCO Angers, passé aussi par le SO Montpellier avec qui il a connu la D1. Son séjour chez les canaris s’avèrera un échec, il repartira au SCO dès la saison suivante après n’avoir porté le maillot jaune et vert qu’à 7 reprises. Le second est un attaquant originaire de Nice : François Fassone. A 26 ans il a une carte de visite présentant un titre de Champion de France remporté avec l’OGCN en 1951. Il restera au FCN durant 3 saisons et y prendra même sa retraite de joueur avant de basculer dans une carrière d’entraineur qui l’emmènera à l’UCK Vannes puis à Bastia. En attaque il remplace René Bouteiller qui est transféré vers la rade de Toulon.L’autre départ est Anton Bauman rentré aux Pays-Bas après 2 ans passés en France.

Après la belle saison précédente le public nantais s’attend à voir ses poulains jouer à nouveau les premiers rôles dans la course à la montée. C’est une douche froide qui les attend pourtant dès l’ouverture du championnat à Malakoff le 24 aout. Les canaris se font surprendre par Rouen (1-2). Une défaite à domicile pour le premier match, cela commence mal ! Et cela ne s’arrange guère par la suite. Le 28 septembre le FCN encaisse une sévère déculottée au Stade de la Meineau contre des Strasbourgeois déchainés (7-1). C’est la 4ème défaite en championnat alors que l’on n”a joué que 6 journées. Le FC Nantes occupe l’avant-dernière place au classement. Qu’elle est déjà loin la belle saison 1952 ! Certes les canaris se sont déplacés à 4 reprises mais tout de même, pour un club qui veut jouer la montée cela fait désordre surtout que les autres équipes ne les attendent pas. Les points de retard s’accumulent sur les équipes de tête.

ff-du-02-09-1952-10.jpg

31/8/1952 (2ème journée de D2) : Grenoble 2-0 FC Nantes

(Extrait de France-Football du 2/9/1952)

toulousenantes1952-53.jpg

14/9/1952 (5ème journée D2) : Toulouse 1-0 FC Nantes

Le mois d”octobre marque un redressement spectaculaire de l’équipe : 3 victoires et un match nul, aucune défaite. Après sa grave blessure Van Geen commence à retrouver ses marques et son efficacité, le FCN remonte à la 8ème place. Le 9 novembre c’est l’évènement au stade Malakoff. Le FCN reçoit le SCO pour le traditionnel derby très attendu des supporters. La barre des 10 000 spectateurs est pour la première fois dépassée au Parc des Sports pour une superbe victoire des canaris (4-2). Ce succès permet aux nantais de rejoindre leurs adversaires du jour au classement. Ils s’installent durablement dans le ventre mou du classement et regardent de loin la lutte à l’accession : les hommes de Veinante comptent 7 points de retard sur Monaco et Troyes, 6 sur Strasbourg, Besançon et Toulouse. Avec une victoire à 2 points cela fait beaucoup !

1952-53.jpg

6/12/1952 (15ème journée D2) : FC Nantes 2-1 Red Star

ff-du-16-12-1952-12.jpg

14/12/1952 (16ème journée de D2) : Besançon 4-2 FC Nantes

(Extrait de France Football du 16/12/1952)

Le 25 décembre les supporters nantais vivent un triste noël. Pour le dernier des matchs aller l’AS Monaco écrase le FC Nantes sur ses terres (1-4). 11 points les séparent désormais. Monaco partage la tête du classement avec Toulouse. Ces 2 équipes s’envolent vers la 1ère division, les nantais ne les reverront plus.

nantesmonaco1952-53.jpg

25/12/1952 (17ème journée D2) : FC Nantes 1-4 Monaco

Les ambitions du championnat envolées il ne reste plus au FCN qu’à faire parler de lui en Coupe de France. Le premier tour est franchi sans dommage le 21 décembre 1952 contre les amateurs de Limoges (4-2).

limogesnantes1952-53.jpg

21/12/1952 (64èmes finales CdF) : Limoges 2-4 FC Nantes

Le deuxième adversaire pour les 1/32èmes est d’un autre calibre. Le 18 Janvier 1953 à Brest les hommes d’Emile Veinante sont invités à se mesurer au Racing Club de Paris. C’est l’occasion de retrouvailles pour le technicien nantais avec le club dont il a si longtemps porté la tunique rayée de ciel et blanc.  A ce moment de la saison les Racingmen ne sont pas au mieux,  ils viennent de s’incliner 3 fois consécutivement en championnat. Ils font preuve d”une inconstance chronique qui les enverra directement vers la relégation en fin de saison. C’est d’autant plus incompréhensible que l’équipe parisienne compte dans ses rangs bon nombre d’internationaux parmi lesquels René Vignal, Roger Lamy, Roger Gabet, Abderrahmane Madjoub, Thadée Cisowski ou Jacky Foix de même que 2 vedettes sud-américaines : Carlos Sosa et Yeso Amalfi. A Brest les canaris font mieux que se défendre. Ils poussent les “Pingouins” dans leurs retranchements et ne s’inclinent qu’en fin de match sur un pénalty contestable (dixit François Thébaud du Miroir des Sport).

racingnantes1952-53.jpg

18/1/1953 à Brest (1/32ème finale CdF) : Racing Paris 2-1 FC Nantes

racingnantes1952-53bis.jpg

Le FCN sort avec les honneurs de la Coupe de France et se trouve reversé en Coupe Drago. Cette Coupe Charles Drago est une nouvelle compétition créée cette année là par le Groupement Professionnel pour permettre aux équipes sorties de la Coupe de France avant les quarts de finale de disputer une sorte de “consolante”. Elle sera maintenue durant 12 ans avant de disparaitre en 1965. Les tours se jouent sur un match unique disputé sur le terrain d’un des 2 adversaires. En cas de match nul le club visiteur est qualifié. Lors de cette première édition les nantais auront la chance de disputer leurs 4 matchs à domicile. Ils viennent tout d”abord à bout des toulonnais (2-1) puis de Besançon (3-0). Vient alors l’heure de la revanche de la Coupe de France. Le 29/3/53, pour les 1/8èmes de finale c’est le Racing qui vient à Malakoff ou plutôt une pale copie de l’équipe parisienne qui n’aligne pas ce jour là la plupart de ses titulaires. La sanction est irrémédiable : 4 buts de Van Geen scellent une large victoire nantaise (4-0) devant plus de 6000 spectateurs ravis. Le Quart de finale se joue le 26 avril à Nantes. A nouveau 6000 spectateurs assistent à ce qui restera comme l’un des plus beaux matchs de la saison. Le FC Sochaux, futur dauphin du Champion de France, se dresse face aux jaune et vert. Les visiteurs ouvrent la marquent dès la 2ème minute leur promettant un succès facile. Il n’en sera rien. Les nantais réagissent vite et bien en marquant par 3 fois (Van Geen 11”, Pérez 15”, Pérez 20”). Le score n’évolue plus avant la pause et le FCN mène donc 3-1. Il faudra tenir en deuxième mi-temps face aux vagues sochaliennes qui déferlent. 3-2 à la 52”. On vient d”entrer dans le dernier quart d’heure quand l’espagnol Santiago Bravo égalise. Le moral nantais est atteint en même temps que les jambes deviennent très lourdes. Le couperet tombe définitivement à 3 minutes de la fin quand René Gardien inscrit le but de la victoire des doubistes. Les 2 équipes quitteront la pelouse du Parc des Sports sous le feu nourri des applaudissements des spectateurs. Pour la petite histoire Sochaux remportera quelques semaines plus tard la première édition de la Coupe Drago en l’emportant par tirage au sort face aux toulousains.

Mais revenons au championnat. Le parcours retour des canaris est bien meilleur que celui des matchs aller. Ils ne s”inclineront qu’ à 4 reprises contre 10 victoires enregistrées. Ils alignent même une superbe série entre le 18 janvier (date de l’élimination en Coupe de France) et le 18 avril (défaite en championnat à Toulon). Durant ce laps de temps les jaune et vert ont joué 12 rencontres et n’en ont perdu qu”une seule. Au passage ils font tomber le leader toulousain à Malakoff (1-0).

nantestoulouse1952-53.jpg

1/2/1953 (22ème journée D2) : FC Nantes 1-0 Toulouse

capnantes1952-53.jpg

14/2/1953 (23ème journée D2) : CA Paris 0-0 FC Nantes

orengodevallan-vrekenamy-herouardstahominciperezvangeenferrierfassone.jpg

Debout de gauche à droite : Orengo, Devallan, Vreken, Amy, Herouard, Staho.

Accroupis : Minci, Perez, Van Geen, Ferrier, Fassone.

L’unique défaite de cette superbe série est restée dans toutes les mémoires nantaises. Le 22 février le FCN reçoit des strasbourgeois qui les avaient humiliés au match aller. Les alsaciens sont alors 2èmes du classement en pleine lutte avec Toulouse et Monaco pour les 2 places d’accession directe à la D1. L’arbitre de cette rencontre est une vieille connaissance du public nantais. C’est le même qui avait officié l’année précédente lors de la venue de Montpellier. Un match qu’il avait offert aux héraultais provoquant l’ire et le courroux des spectateurs. Loin de revenir sur les bords de Loire pour se faire pardonner, le triste M.Devillers est plutôt revenu pour passer la deuxième couche. Pendant 90 minutes les strasbourgeois vont pouvoir matraquer les attaquants nantais avec sa bénédiction, les visiteurs n’ont plus qu’à cueillir les fruits et repartir avec les 2 points (0-2). A la fin du match quelques spectateurs énervés sont bien décidés à lui régler son compte. Fort heureusement les forces de l’ordre lui assureront sa protection et c’est sous escorte policière dans le panier à salade qu’il quitte Malakoff. Le Groupement réagira à ces incidents en imposant la mise en place d’un grillage pour protéger le tunnel d’accès. Ce tunnel sera rapidement baptisé : “Avenue Devillers”.

nantesstrasbourg1952-53.jpg

22/2/1953 (24ème journée D2) : FC Nantes 0-2 Strasbourg

Les nantais seront plus heureux quelques semaines plus tard quand ils assisteront à la plus large victoire des canaris depuis leur arrivée chez les professionnels (6-0 contre Cannes le 5 avril 53). Le 12 avril, c’est un FCN en pleine forme qui fait le court déplacement pour une nouvelle victoire en terre angevine (1-2).C’est le 7ème derby consécutif remporté par les canaris contre leurs rivaux du SCO ! Le classement s’est sensiblement amélioré, le FC Nantes pointe désormais à la 6ème position. Une place qu’ils préserveront au terme d’un championnat qui se termine le 24 mai 1953 avec une défaite en Principauté de Monaco (5-0). Les nantais qui n’ont plus rien à jouer laissent leurs adversaires du jour assurer leur montée en Division 2. Au moment de faire le bilan de la saison on se dit que finalement celle ci ne fut pas si mauvaise même si l’objectif avoué de promotion n’a une nouvelle pas été atteint. L’équipe nantaise fait désormais partie des valeurs sûres de la division 2 française et elle a la chance de posséder dans ses rangs un buteur d’exception : Jan Van Geen qui a marqué 28 fois lors des 36 rencontres qu’il a disputées.

ff-du-05-05-1953-12.jpg

3/5/1953 (31ème journée de D2) : FC Nantes 1-1 Alès

(Extrait de France-Football du 5/5/1953)

ms-du-11-05-1953-d2-1a.jpg

10/5/1953 (32ème journée de D2) : Red Star 0-2 FC Nantes

(Extrait de Miroir du Sport du 11/5/1953)

fc-nantes-1952-1953.jpg

Bilan de la saison :

Deuxième Division

FC Nantes : 6ème

1ère journée : FC Nantes 1-2 Rouen ff0336-du-26-08-1952-d2.jpg
2ème journée : Grenoble 2-0 FC Nantes ff0337-du-02-09-1952.jpg
3ème journée : Beziers 2-2 FC Nantes ff0338-du-09-09-1952-d2a.jpg
5ème journée : Toulouse 1-0 FC Nantes ff0339-du-16-09-1952-d2a.jpg
6ème journée : FC Nantes 5-1 CA Paris ff0340-du-23-09-1952-d2a.jpg
7ème journée : Strasbourg 7-1 FC Nantes ff0341-du-30-09-1952-d2a.jpg
8ème journée : Perpignan 1-3 FC Nantes ff0342-du-07-10-1952-d2a.jpg
9ème journée : FC Nantes 4-2 Valenciennes ff0343-du-14-10-1952-d2a.jpg
4ème journée : FC Nantes 2-2 Troyes ff0344-du-21-10-1952-d2.jpg
10ème journée : Lyon 0-2 FC Nantes ff0345-du-28-10-1952-d2.jpg
11ème journée : Cannes 3-1 FC Nantes ff0346-du-04-11-1952-d2a.jpg
12ème journée : FC Nantes 4-2 Angers ff0347-du-11-11-1952-d2a.jpg
13ème journée : FC Nantes 1-1 Toulon ff0349-du-25-11-1952-d2a.jpg
14ème journée : Alès 0-0 FC Nantes ff0350-du-02-12-1952.jpg
15ème journée : FC Nantes 2-1 Red Star ff0351-du-09-12-1952-d2a.jpg
16ème journée : Besançon 4-2 FC Nantes ff0352-du-16-12-1952.jpg
17ème journée : FC Nantes 1-4 Monaco ff0354-du-30-12-1952-d2a.jpg
18ème journée : Rouen 2-2 FC Nantes ff0354-du-30-12-1952-d2d.jpg
19ème journée : FC Nantes 3-1 Grenoble ff0355-du-06-01-1953-d2a.jpg
20ème journée : FC Nantes 3-6 Béziers ff0356-du-13-01-1953-d2a.jpg
21ème journée : Troyes 0-1 FC Nantes ff0358-du-27-01-1953-1.jpg
22ème journée : FC Nantes 1-0 Toulouse ff0359-du-03-02-1953.jpg
23ème journée : CA Paris 0-0 FC Nantes ff0361-du-17-02-1953-d2a.jpg
24ème journée : FC Nantes 0-2 Strasbourg ff0362-du-24-02-1953-d2.jpg
25ème journée : FC Nantes 3-0 Perpignan ff0364-du-10-03-1953-d2a.jpg
26ème journée : Valenciennes 1-2 FC Nantes ff0365-du-17-03-1953-1.jpg
27ème journée : FC Nantes 2-0 Lyon ff0366-du-24-03-1953-d2a.jpg
28ème journée : FC Nantes 6-0 Cannes ff0368-du-07-04-1953-d2a.jpg
29ème journée : Angers 1-2 FC Nantes ff0369-du-14-04-1953-d2a.jpg
30ème journée : Toulon 3-0 FC Nantes ff0370-du-21-04-1953-d2a.jpg
31ème journée : FC Nantes 1-1 Alès ff0372-du-05-05-1953.jpg
32ème journée : Red Star 0-2 FC Nantes ff0373-du-12-05-1953.jpg
33ème journée : FC Nantes 2-1 Besançon ff0374-du-19-05-1953-d2.jpg
34ème journée : Monaco 5-0 FC Nantes ff0375-du-26-05-1953-d2.jpg

Classement

Club Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Toulouse 56 34 26 4 4 92 29 +63
2 Monaco 55 34 24 7 3 88 23 +65
3 Strasbourg 53 34 23 7 4 87 32 +55
4 Troyes 42 34 17 8 9 59 33 +26
5 Besançon 41 34 18 5 11 69 47 +22
6 FC Nantes 39 34 16 7 11 60 59 +1
7 Grenoble 36 34 14 8 12 57 62 -5
8 Lyon 33 34 12 9 13 41 54 -13
9 Perpignan 32 34 12 8 14 59 64 -5
10 Cannes 32 34 11 10 13 48 54 -6
11 Rouen 31 34 11 9 14 48 43 +5
12 Angers 30 34 12 6 16 50 61 -11
13 Valenciennes 25 34 8 9 17 45 72 -27
14 Béziers 25 34 8 9 17 41 69 -28
15 Toulon 24 34 9 6 19 37 64 -27
16 CA Paris 21 34 8 5 21 32 65 -33
17 Red Star 20 34 7 6 21 33 81 -48
18 Alès 17 34 5 7 22 21 55 -34

La Division 2 passant à 20 clubs il n”y a pas de relégation cette saison là.

Buteurs : Mellberg (Toulouse),27 buts - Sboralski (Valenciennes), 24 buts - Van Geen (Nantes), Palluch (Monaco), 22 buts - Bahl (Strasbourg), 17 buts - Humpal (Strasbourg), Murillo (Perpignan), 16 buts - etc…

Coupe de France

64èmes de Finales le 21/12/1952
Limoges 2-4 FC Nantes

32èmes de Finales à Brest le 18/1/1953
Racing Paris 2-1 FC Nantes

Coupe Charles Drago

1er tour le 8/2/1953
FC Nantes 2-1 Toulon

2ème tour le 1/3/1953
FC Nantes 3-0 Besançon

3ème tour le 29/3/1953
FC Nantes 4-0 Racing Paris

1/4 finale le 26/4/1953
FC Nantes 3-4 Sochaux

Tags: , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Vous devez tre connecté pour publier un commentaire.