Marcel Saupin “le lion”

Marcel Saupin

Président du FC Nantes de 1944 à 1955

          Né en 1893, Marcel Saupin consacra sa vie à ses passions dont le football occupait la première place. Il a joué un role déterminant dans la création du Football Club de Nantes .

Il accomplit ses premiers pas sur les terrains de sport au début du XXème siècle en gardant les buts de la Fraternelle de Rezé créée en 1911. Il devint par la suite président de la Mellinet de 1916 à 1943.  Durant les années 20 la Mellinet était le fer de lance d’un football nantais qui peinait à se maintenir au plus haut niveau régional. La Mellinet accédait à la Division d’Honneur de l’Ouest en 1925 devenant ainsi le club phare de Nantes jusqu’à ce qu’il fusse rejoint puis dépassé par son grand rival local : la Saint-Pierre.

Marcel Saupin à la Contrie

Marcel Saupin (à gauche) assiste au match de la Mellinet dans les tribunes du stade de la Contrie

          Homme à forte stature , imposant physiquement, autoritaire, exigeant avec les autres mais aussi avec lui même, Marcel Saupin s’entretenait en pratiquant la gymnastique dans sa salle de bain. Il adorait la musique et chantait en s’accompagnant au piano. La lecture était aussi l’un de ses passe-temps favoris.

Rapidement Marcel Saupin comprit qu’il y avait de la place à Nantes pour installer un club de football professionnel. C’est à ce projet qu’il consacra ses efforts jusqu’à la création du Football Club de Nantes en 1943. Par son dynamisme et sa persévérance Marcel Saupin sut convaincre les dirigeants de la St Pierre d’adhérer à son projet, condition sine qua non de la création du FCN.

Marcel Saupin

Sa devise : “L’union fait la force”.

          En 1943, Le “Lion” comme il était surnommé en référence à sa tenacité abandonne son fauteil de président de la Mellinet pour entrer dans le premier comité directeur du FC Nantes. De l’aveu même de ceux qui ont assisté à la naissance du FCN, si Saupin ne fut pas le premier président (tache confiée à Marcel Braud issu de la St Pierre), Saupin en était le vrai patron par son autorité et son influence. C’est d’ailleurs lui qui fut chargé par le “bureau” de dénicher un entraineur pour la première équipe du FCN. C’est donc lui qui, au volant de sa voiture, se rendit au printemps 1943 jusqu’à Saumur pour rencontrer celui qui deviendra le premier entraineur du FC Nantes : Aimé Nuic.

En qualité de véritable patron du FCN il en devint le président en 1944 sucédant à Marcel Braud. “Vous verrez, on va monter très rapidement !” assure-t-il en démarchant les sponsors et en dénichant les joueurs. Hélas pour “papa Saupin” comme l’appelaient les joueurs entre eux, il céde la présidence à Jean Le Guillou en 1955 sans avoir connu les joies de la promotion parmi l’élite nationale.

Entre 1955 et 1958, Marcel Saupin occupe le poste de président de la LOFA (Ligue de l’Ouest de Football Association) qui règne sur le football de la Bretagne, de la Sarthe, de l’Anjou et de la Vendée. Il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur en 1957.

Marcel Saupin ne verra jamais le FC Nantes en première division. Il s’éteint le 10 janvier 1963, moins de cinq mois plus tard (le 1er juin 1963) après vingt ans de multiples déceptions, le FC Nantes accéde à la D1 et rendait réel le vieux rêve du “lion”.

Quelques temps plus tard, en son honneur, le stade Malakoff sera rebaptisé stade Marcel Saupin.

Le Stade Marcel Saupin

Le stade qui porte son nom

          Si le sport nantais et le football en général seront éternellement redevables de Marcel Saupin, l’image du personnage est ternie par son engagement pétainiste durant la période d’occupation.

C’est de ce sujet sensible qu’il est traité dans l’article suivant : Des personnalités controversées à l’origine du FC Nantes.

Tags: , , ,

10 commentaires pour “Marcel Saupin “le lion””

  1. Larry Lurex dit:

    Salut Fonzie,

    Un petit détail n’est pas clair, dans mon esprit, à propos de la biographie de Marcel Saupin.
    Pour quelle raison cède-t-il sa place de président à Jean Le Guillou, en 1955, quand celui rentre en France ? Assurait-il une sorte d’intérim “longue durée”, le temps de l’exil suisse de ce dernier ?

    Merci de bien vouloir me clarifier ce point, si tu as les éléments de réponse en ta possession, bien évidemment ! :)

    PS : J’ai donc commencé la lecture de tes différents articles. Et franchement, je te tire un grand coup de chapeau. C’est particulièrement bien fait, superbement illustré. J’imagine que certaines citations (Pierre Lautrey, notamment) doivent être très rares et je te remercie, encore une fois, de nous en faire profiter.
    Pour l’instant, j’en suis qu’à la rubrique “Histoire du club”. Mais je préfère prendre mon temps, relire plusieurs fois certains passages, pour ne pas manquer d’apprécier leur qualité.

    ;)

  2. memoirescanaris dit:

    Les éléments en ma possesion, comme tu dis, ne me permettent pas de définir précisément les raisons du départ de Saupin de la Présidence.

    Nous ne pouvons simplement que faire des suppositions.

    Le Guillou rentre de Suisse en 51.
    On sait que Saupin a pourvu à son remplacement en 44 quand son ami a connu ses problèmes à la Libération. Nous pouvons donc parler effectivement d’intérim même si le terme intérim sous-entend que les deux hommes s’étaient mis d’accord dès le début de l’exil de Le Guillou pour lui garantir un retour aux “affaires” dès que le vent aurait tourné.
    Je n’ai nullement les moyens d’affirmer une chose pareille.

    Je dirai par contre que les évènements ont peut-être tout simplement provoqué ce changement de Président. Le bilan des 11 ans de Présidence de Marcel Saupin est un bilan d’échec : la D1 se refuse toujours au FCN. Peut-être que Saupin n’est plus en “odeur de sainteté” auprès des décideurs locaux, la Mairie nantaise notamment en a peut-être assez de mettre la main à la poche et ne croit peut-être plus au discours optimiste et ambitieux de Saupin.
    Un changement à la tête du FCN s’impose, on peut le penser…

    Marcel Saupin s’écarte des destinées du FC Nantes mais récupère la même année la Présidence de la Ligue de l’Ouest, une ligue puissante et importante à l’époque. On peut supposer là encore que, peut-être, Marcel Saupin était lassé de ses échecs et à profité du poste à pourvoir à la Ligue pour relancer sa carrière dirigeante.
    Un choix personnel ?

    Enfin, Saupin parti, il fallait bien un nouveau Président et Le Guillou de retour parait avoir gardé une certaine “respectabilité” auprès des autres dirigeants du FCN. N’oublions pas que Le Guillou, bien que très répréhensible, était un personnage très important de la société nantaise des années 30 et 40.
    Y avait-il alors d’autres candidats à la Présidence d’un club qui semble dans l’impasse en 1955 ?

    Pour le moment, nous ne pouvons donc qu’émettre des hypothèses…

    Si quelqu’un a des infos complémentaires qu’il n’hésite surtout pas à poster !
    ;-)

  3. Larry Lurex dit:

    Merci pour ta réponse, Fonzie.

    Ces deux thèse sont effectivement très plausibles, même si, à mon goût, la seconde l’est davantage.
    Quoi qu’il en soit, je serais très curieux de connaître les détails exacts de cette histoire…

  4. Mémoires canaris » Blog Archive » Saison 1947-48 : les régionaux à la baguette dit:

    […] leur accorde la Mairie de Nantes, et cette dernière ne donne vraisemblablement pas les moyens à Marcel Saupin de pouvoir bâtir un effectif pouvant ambitionner la promotion en 1ère Division […]

  5. Mémoires canaris » Blog Archive » Saison 1948-49 : les premiers signes de faiblesse dit:

    […] de la saison. La grogne gagne les rangs des supporters et des dirigeants. Président : Saupin Marcel Entraineur : Antoine […]

  6. Mémoires canaris » Blog Archive » Nuic Aimé - Le premier entraineur dit:

    […] fantastique du Football Club de Nantes « 1943, la naissance d’un grand club Marcel Saupin “le lion” […]

  7. Mémoires canaris » Blog Archive » Des personnalités controversées à l’origine du FC Nantes dit:

    […] on peut penser que ces relations entre collabos et occupants ont pu favoriser les desseins de Marcel Saupin et Jean Le […]

  8. Mémoires canaris » Blog Archive » Saison 1944-45 : les premiers trophées et la D2 ! dit:

    […] régionale…en attendant mieux et avant une belle surprise en fin de saison. Président : Marcel Saupin Entraineur : Aimé […]

  9. Mémoires canaris » Blog Archive » Saison 1945-46 : premiers pas dans le professionalisme dit:

    […] : Marcel Saupin Entraineur : Aimé […]

  10. Mémoires canaris » Blog Archive » Saison 1946-47 : Du rêve au cauchemar dit:

    […] : Marcel Saupin Entraineur : Antoine […]

Laisser un commentaire

Vous devez tre connecté pour publier un commentaire.