Saison 1945-46 : premiers pas dans le professionalisme

L’entrée du FC Nantes dans le professionnalisme se déroule de manière satisfaisante. Les canaris apprennent vite, et leurs dirigeants deviennent rapidement ambitieux. L’objectif du FC Nantes est déjà de rejoindre au plus vite le plus haut niveau national.

Programme Saison 45-46

Président : Marcel Saupin
Entraineur : Aimé Nuic

Effectif :
Crépin (René), David (Gaston), Docquin (Emile), Drummer (Charles), Durand, Garrec, Gergotich (Martial), Giovannetti (Ludo), Heil (Albert), Kerdraon (Joseph), Le Floch (Job), Lemaître (Edmond), Lopez (René), Maestroni (François), Morin (René), Oulanoff (Bayir), Raab (Antoine), Rivero (Victor), Ruffini (Louis), Sellin (Maurice) et Suquet (René ?).

Football Club de Nantes

Saison 1945-46 :

fcn4546-dirigeant-kerdraon-gergotich-sellin-david-garrec-lemaitre-nuic-rivero-raab-ruffini-maestroni-crepin.jpg

De gauche à droite, debout : un dirigeant, Kerdraon, Gergotich, Sellin, David, Garrec, Lemaitre, Nuic (entr).

Accroupis : Rivero, Raab, Ruffini, Maestroni, Crépin.

Championnat : Deuxième Division Groupe Nord
Classement : 5ème
(26 Matchs, 11 victoires, 4 nuls, 11 défaites, 47 buts marqués, 43 buts encaissés.

Nouveau championnat et nouveaux statuts pour les footballeurs nantais lors de cette saison 45-46. Il convient toutefois de bien se rendre compte que le professionnalisme des footballeurs de seconde division dans ces années 40 n’a pas grand chose en commun avec ce que nous connaissons de nos jours. Les salaires n’ont rien de comparable. Certes les joueurs pros vivent correctement de leur football mais la plupart d’entre eux sont souvent contraints de garder une seconde activité professionnelle pour arrondir les fins de mois. De même l’encadrement est minimal en dehors de l’entraineur et du comité directeur. Certes le FCN a engagé Albert Heil pour assurer les fonctions de secrétaire en plus de son rôle d’attaquant de l’équipe première mais pour le reste l’amateurisme n’est pas loin, notamment dans l’organisation des déplacements. Mais peu importe, le plaisir est là et l’équipe nantaise va faire honneur à ses couleurs lors de intronisation parmi le groupement clubs professionnels français. Rome ne s’est pas faite en un jour, le Football Club de Nantes non plus…

A noter quelques changements dans l’effectif mis à la disposition de Aimé Nuic pour cette nouvelle saison. Le premier étant notamment la prise de recul, justement, de l’entraineur nantais par rapport au terrain. Le poids des années et les blessures ont calmé les velléités  de l’ancien international français qui se consacre désormais à son rôle d’entraineur simplement. Le capitanat est confié à Maurice Sellin, une pièce maitresse de la défense. Dans les cages le parisien Gaston David est voit rapidement concurrencer par Charles Drummer aussi surnommé le “petit Darui”. Un gardien spectaculaire et fantasque dont les sorties téméraires coûteront quelques désagréments aux canaris. Par ailleurs l’ossature de l’équipe reste globalement la même que celle qui a permis la belle réussite nantaise chez les amateurs la saison précédente avec toutefois les renforts de Ruffini et Maestroni censés venir renforcer un secteur offensif dont la vedette est alors René Crépin, auteur de nombreux buts décisifs.

effectif1.jpg

De haut en bas et de gauche à droite : Giovanetti, David, Docquin, Garrec, Lemaître, Raab, Sellin, Maestroni, Kerdraon, Gergotich, Crépin, Nuic, Rivero, Heil, Ruffini, Drummer, Morin, Lopez, Le Floch, Oulanoff, Suquet, Durand.

Pour leurs premiers pas en Deuxième Division Aimé Nuic et ses hommes sont invités à se rendre dans la capitale pour affronter le CA Paris, un bon club dont les origines remontent au début du football en France. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, c’est au prestigieux stade de Colombes, le stade Pierre de Coubertin, que les nantais donnent le coup d’envoi de leur saison officielle le 26 aoput 1945. Des débuts placés sous le signe de la réussite, le FCN enregistrant là sa première victoire en professionnel grâce à deux buts marqués par Crépin et Louis Ruffini.

De quoi donner de l’appétit. Malheureusement les ardeurs nantaises seront rapidement refroidies dès le match suivant qui marque l’ouverture du championnat à Malakoff devant 2600 spectateurs pressés de voir évoluer leur équipe face aux ténors du football français. Le 2 septembre 1945, c’est Troyes qui vient rendre visite à des canaris qui ne rééditent pas leur exploit parisien et qui s’inclinent (0-2) .

Les matchs vont s’enchainer en ce début de saison, le FCN découvrant au fil des réceptions et des déplacements ses nouveaux adversaires avec plus ou moins de réussite.
Le 29 septembre, après une première grosse défaite à Mulhouse (6-1), les dirigeants commencent à mesurer les limites de leur équipe. Ils pensent qu’un renfort offensif est indispensable pour pouvoir rivaliser avec les meilleurs. C’est dans ce contexte que va intervenir, en octobre, le fameux “épisode Dawson“, un drôle de canari qui fera longtemps rire aux dépens des dirigeants du FCN.

Si en championnat les affaires ne tournent finalement pas si mal, la Coupe de France va, quant à elle, être source de déception avec la sortie prématurée du FCN dès son entrée en scène face aux voisins amateurs de Saumur. Une élimination peu glorieuse qui, déjà, laisse augurer de fiançailles difficiles entre le club et la dame Coupe. Une fiancée qui se refusera longtemps au FCN jusqu’à un soir de juin 1979 où le mariage sera, enfin, consommé.
On se console comme on peut chez les dirigeants avec l’organisation notamment d’une rencontre amicale de Gala le 3 février 1946 à Malakoff. Un match de prestige qui permet au FCN de tenir en échec le Stade de Reims (2-2), un club qui fera bientôt parler de lui.
Mais le principal fait d’armes de cette saison intervient le 24 mars 1946 à Malakoff. Les  onze ”jaunes et verts” créent l’exploit en faisant mordre la poussière au leader invaincu du championnat : Nancy. L’inévitable René Crépin ouvre la marque imité par Maestroni, et les futurs champions de France de Deuxième Division, connaissent ainsi à Nantes une de leur 2 seules défaites de la saison.
Au final le FCN termine 5ème pour son premier exercice à ce niveau. Un classement plus qu’honorable même si on notera que les rivaux angevins ont toutefois fait mieux (3èmes) et surtout ont battu les nantais à deux reprises. Une rivalité entre les deux clubs est alors en train de naitre, qui perdurera jusqu’aux années 70 avant que le SCO ne parvienne plus à suivre la cadence imprimée par des canaris au sommet de leur gloire.
Lors de la Coupe Odorico organisée traditionnellement en fin de saison entre les grands clubs de l’Ouest, le FCN termine en beauté en remportant la finale le 16 juin face à l’US Le Mans (1-0) grâce à un but de… Crépin !

La fin de saison est aussi le moment choisi par les plus fervents supporters du club pour se regrouper officiellement en association et fonder le premier club de supporters du FCN. Il est baptisé “les Canaris” et deviendra 30 ans plus tard “Allez Nantes Canaris”, un club toujours actif actuellement. Je rends hommage à ces premiers supporters.

Bilan de la saison :

Championnat de Deuxième Division Groupe Nord

1ère journée :    CA Paris 0-2 FCNantes (26/8/45)
2ème journée :   FC Nantes 0-2 Troyes (2/9/45)
3ème journée :   FC Nantes 1-0 Angoulême
4ème journée :   Amiens 1-0 FC Nantes
5ème journée :   FCNantes 6-2 Colmar
6ème journée :   Mulhouse 6-1 FCNantes (29/9/45)
7ème journée :   FCNantes 1-2 Angers
8ème journée :   Douai 3-3 FCNantes
9ème journée :   Nancy 4-3 FCNantes
10ème journée : Valenciennes 2-2 FCNantes
11ème journée : FCNantes 1-0 Le Mans
12ème journée : FCNantes 0-2 Stade Français
13ème journée : FCNantes 1-0 CA Paris
14ème journée : Troyes 1-2 FCNantes
15ème journée : Angoulême 2-1 FCNantes
16ème journée : FC Nantes 0-2 Besançon
17ème journée : FCNantes 4-1 Amiens
18ème journée : Colmar 2-1 FCNantes
19ème journée : FCNantes 2-2 Mulhouse
20ème journée : Angers 2-0 FCNantes
21ème journée : FCNantes 2-2 Douai
22ème journée : Besançon 2-4 FCNantes
23ème journée : FCNantes 2-0 Nancy
24ème journée : FCNantes 4-0 Valenciennes
25ème journée : Le Mans 0-2 FCNantes
26ème journée : Stade Français 3-2 FCNantes

Classement

Clasmt                 Pts   J   V  N  D  Bp  Bc  Diff
1 Nancy                46   26 22  2  2  84   28  +56
2 Stade Français 40   26 18  4  4  64   31  +33
———————————-
3 Angers               33  26 15  8   3  47   42  +5
4 Angoulême        28  26 12  4 10 45   37  +8
5 FC Nantes      26  26 11 4 11 47  43  +4
6 Colmar               26  26 10  6 10 51   51   0
7 Valenciennes     25  26 10  5 11 47   44   +3
8 CA Paris            24  26 11   2 13 48   52   -4
9 Besançon           23  26 10  3 13 47   52   -5
10 Amiens            20  26  8   4 14 40  49   -9
11 Le Mans          19   26  7   5 14  35  47   -12
12 Douai               19   26  7   5 14  39  64   -25
13 Troyes             19  26  6   7 13  35  61    -26
———————————–
14 Mulhouse        16  26  6   4 16  39  67   -28

Coupe de France

5ème tour
Saumur 1-0 FC Nantes

Tags: , ,

Un commentaire pour “Saison 1945-46 : premiers pas dans le professionalisme”

  1. Mémoires canaris » Blog Archive » Automne 1945 - Un drôle d’oiseau chez les canaris dit:

    […] canaris L’histoire fantastique du Football Club de Nantes « Saison 1945-46 : premiers pas dans le professionalisme Saison 1946-47 : Du rêve au cauchemar […]

Laisser un commentaire

Vous devez tre connecté pour publier un commentaire.